Artists On Jorasses

 
 Seb Bohin au sommet des Grandes Jorasses

 

Une belle première

Automne 2014. Face nord des Grandes Jorasses. Julien Désécures et Sébastien Bohin, s’élancent dans la répétition de la voie Couzy-Desmaison. Les deux grimpeurs revisitent cet itinéraire mythique dans un style d’ascension esthétique et techniquement pointu : l’escalade mixte sur placage… Une belle et impressionnante première !

 

GRANDES JORASSES : UNE FACE NORD NOMMEE DESIR

C’est une paroi mythique du massif du Mont-Blanc, un des trois murs légendaires des Alpes avec l’Eiger et le Cervin. Avec ses six sommets tutoyant le ciel à quelque 4000m d’altitude, cette imposante muraille fait rêver des générations d’alpinistes depuis la fin du XIXe siècle. En particulier sa célèbre face nord, enjeu d’une compétition internationale serrée. Mais cette forteresse de 2000 mètres de large pour 1000 mètres de haut se fait désirer. Elle ignore des années durant ses nombreux courtisans qui bataillent ferme pour la séduire en vain ! En 1935, les Allemands Maier et Peters sont finalement les premiers à conquérir ce cœur de pierre en atteignant l’éperon Croz. Ils sont suivis, trois ans plus tard, par trois Italiens emmenés par
Riccardo Cassin au sommet de l’éperon Walker. La belle se referme alors jusqu’à ce mois d’août 1958 et l’ouverture d’une nouvelle brèche par les Français Couzy-Desmaison à l’éperon Margarita… Une de ces belles lignes, dure et engagée, tracée après deux jours d’efforts intenses. Dès lors, les horizons aux horizons succèdent plus rapidement. L’intimité des voies séduit un nombre croissant de prétendants audacieux dont le style d’ascension et l’équipement gagnent logiquement en technicité au fil des ans.
&nbsp

 

 

«La paroi devient absolument verticale. Les pitons pénètrent difficilement. Mieux vaut ne pas compter sur eux ». René Desmaison»
Sébastien bohin au sommet des grandes jorasses

A CHAQUE GENERATION SES EXPLOITS

La face continue toutefois de se mériter et de réussir seulement aux plus talentueux. Dans le sillage des pionniers, chaque génération cherche à imprimer son empreinte dans ce terrain de jeu sévère mais ô combien splendide, dominant de sa haute stature le glacier de Leschaux. Dans les années 80, Eric Escoffier réalise dans la foulée l’éperon Croz et Walker qu’il relie… en deltaplane ! Dans une fantastique course à l’exploit, Il enchaine, en hiver, avec Christophe Profit, l’ascension des trois faces Nord: Eiger, Cervin et Grandes Jorasses, signant la mémorable Trilogie hivernale avec une audace désarmante. Aujourd’hui, les jeunes grimpeurs revisitent les anciennes voies à leur manière, avec des techniques toujours plus pointues. En septembre 2014, les alpinistes Sébastien Bohin et Julien Désécures réitèrent ainsi la Couzy-Desmaison, en escalade glaciaire et mixte sur plaquage. En véritables funambules de la verticale, ils progressent tout en souplesse dans la paroi, ancrés avec leur piolet sur seulement deux centimètres de glace éphémère. Comme un peintre face à sa toile, ils ajustent le geste avec précision, s’assurent de la solidité de la prise puis se hissent rapidement pour dessiner une de ces lignes dont l’escalade a le secret. Dans un décor de carte postale, ils signent ainsi, en une vingtaine d’heures, une belle première dans ce style d’ascension athlétique, exigeant et élégant, emblématique de la nouvelle génération.

« Il ne faut jamais hésiter à bousculer les habitudes ». Eric Escoffier

 

DES CONDITIONS PARFAITES POUR UNE PREMIERE EXCEPTIONNELLE

« Nous avons eu la chance de bénéficier de conditions exceptionnelles. Ce qui est très rare. Les goulottes rarement formées étaient bien fournies en neige et glace, rendant les itinéraires un peu plus accessibles. Dans la cheminée, la ligne de glace était parfaite », résume Sébastien Bohin, conseiller technique Millet. «Julien et moi avons quelque voies au compteur dans cette face nord mais cette répétition dans notre style était une première… et une belle réussite collective.»
Les images tournées par Bertrand Delapierre en témoignent. Accroché lui aussi à la paroi, l’alpiniste réalisateur promène avec justesse son Reflex Canon. Il saisit la technicité du geste dans cette ligne fine de glace figée au milieu de ce bouclier de rocher vertigineux. Il laisse respirer les séquences quand l’alpiniste réfléchit à son ancrage. Il nous plonge dans un vide… aérien et s’attarde sur le majestueux décor alentours, avec la Verte, les Courtes ou les Droites comme témoins ! « Les Jorasses appartiennent au mythe. Tourner dedans est un privilège et sortir de la Couzy-Desmaison au soleil, un pur moment de bonheur ». En résulte « Artists on Jorasses », dix minutes intenses, conjuguant passé et présent avec talent et servies par de magnifiques images qui nous emmènent là-haut… Tout là-haut…

« Cette face a une aura particulière, une saveur que l’on ne retrouve pas ailleurs. Et Desmaison avait le nez pour ouvrir des lignes parfaites.» Sébastien Bohin

 

Une cordée artistique

L’animation s’invite dans le court métrage de Bertrand Delapierre et se glisse avec bonheur dans le film. Le crayon de Maxime Paccalet court sur le papier et ses dessins accompagnent merveilleusement les alpinistes dans leurs exploits au fil du temps. Une initiative originale et ludique qui sublime la montagne et rappelle « Le sommet des dieux », de Taniguchi, prix du meilleur dessin au festival d'Angoulême en 2005…

Julien Désécures
Julien Désécures
Guide de haute montagne
18 ans qu'il parcourt les Grandes Jorasses pour lesquelles il porte une véritable adoration
Auteur du topo "Les Grandes Jorasses. Face Nord."
Sébastien Bohin
Sébastien Bohin
Guide de haute montagne
Adjudant chef au GMHM (Groupement militaire de haute montagne)
 
&nbsp
 
 

 

A leur manière, Sébastien Bohin et Julien Désécures continuent de bousculer les habitudes. Aux Grandes Jorasses, ils ont revisité en un jour d’ascension une voie mythique, ouverte par Desmaison et Couzy en 1958, après plusieurs bivouacs dans la face. Leur performance tient dans la technique moderne et engagée de l’escalade mixte-glaciaire, mais surtout dans leur vision créative de l’alpinisme leur permettant d’imaginer ces nouvelles lignes.

 

Face Nord des Grandes Jorrasses

3 heures du matin, face Nord des Grandes Jorasses. Plusieurs cordées progressent à la frontale dans la Colton Macintyre, le Croz et la voie polonaise. Quelque chose qu'on ne voit pas tous les jours. @Jon Griffith

 

Une Vision créative

La collection Millet TRILOGY™ est la quintessence de la performance alpine moderne, une réponse unique à la pratique engagée de l’alpinisme. Une collection inspirée librement de l’équipement et de l’esprit d’Eric Escoffier qui encourageait le monde de l’alpinisme à ‘‘Bousculer les habitudes’’.

Avec la même énergie et la même volonté d’innovation, Millet confirme son expertise à travers une offre d’exception sans compromis permettant à chacun d’oser en grand.

 

Le jeu

Merci à tous pour votre participation ! Les Grandes Jorasses et la Trilogie des faces Nord n'ont visiblement pas de secrets pour vous, 90% d'entre vous avaient la bonne réponse.

Toutes nos félicitations aux gagnants:

Sylvere Maillol

Un week end d'alpinisme pour deux à Chamonix

 

Anthony Leoni - Allison Halma - Claudine Bailly

Un sac à dos Prolighter Trilogy 22