Escalade
13.07.2016

Crack Power Girls #3

Après Indian Creek et Red Rocks, c'est du côté de Zion que Lara, Marine et Florence vont poser leurs coinceurs. Frayeurs et belles voies en vue !

Notre passage au National Park de Zion aura été certes bref mais intense et plutôt bien rempli! Après une nuit à Las Vegas et quelques heures de route, nous voici de retour en Utah! Nous débarquons à Zion en fin de matinée et sitôt arrivées, nous sautons dans le premier shuttle bus en direction du "Temple of Sinawava", tout au bout du canyon.

Zion est (encore !) un de ces endroits magnifiques ! Des hautes parois de grès rouge souvent dominées par de larges bandes de rocher blanc, une rivière et de la verdure en bas : C'est grandiose ! Pour cette première journée nous choisissons d'aller faire un tour à Spearhead en gravissant "Iron Messiah", jolie voie parait-il ! La journée se transforme vite en demi journée, il n'est déjà plus très tôt et il fait vraiment très chaud pourtant nous sommes motivées comme jamais ! Sacs au dos nous partons têtes baissées en direction de la paroi, enfin... d'une paroi !

Au bout de quelques lacets, nous trouvons que ce sentier prend une direction étrange sans compter que nous sommes à la limite de l'insolation! L'un est peut être lié à l'autre... Bref ! Nous sommes perdues et on meurt de chaud !! La pause s'impose: On jette un oeil au topo ! Il semblerait que nous ne nous dirigeons pas vers la bonne paroi, que l'on ne soit pas sur le bon sentier voir même que l'on ne soit pas descendu au bon arrêt de bus !!

Réorganisation: Il est trop tard pour s'entêter à faire la voie choisie et il fait trop chaud pour grimper au soleil, il nous faut donc trouver un plan B (et vite !!) : Une voie plus courte, pas trop dure et sans trop d'approche... ça ne court pas les sentiers par ici ! Voilà comment nous nous retrouvons dans "Right Toilet Crack", la voie des toilettes... La grande classe non ?! Effectivement le sentier d'approche démarre juste derrière les WC et le pilier que l'on remonte domine le parking où se trouve l'arrêt de bus et l'aire de pic-nique. En 3 minutes, nous sommes au pied de la voie ! Les prises sont un peu poussiéreuses et la végétation a parfois un peu envahi la voie mais détrompez-vous, la voie des toilettes n'est pas une bouse ! Flo, nous guide à merveille dans les différentes longueurs qui remontent ce grand dièdre.

Nous ne sortons pas le nez des fissures larges à la recherche d'un peu d'ombre et d'un peu d'air frais qui s'en dégage. Il fait vraiment très chaud ! Aujourd'hui, on est un peu les stars de Zion. En contrebas, sur le parking, on a des tas d'admirateurs, les gens ont tous le nez en l'air et nous font de grands coucous de la main ! En réponse, nous leur envoyons des bisous ! (heureusement qu'ils sont loin!!). On est mortes de rire en pensant que tous ces touristes vont rentrer chez eux avec un petit souvenir de nous sur la carte mémoire de leurs appareils photo !

«Aujourd'hui, nous avons un gros projet : "Shune's Butress"»
Lara Amoros Zion
 

 

 

Le lendemain, fini de faire les malines ! Le réveil est matinal et nous montons à bord d'un des premiers bus de la matinée. Aujourd'hui, nous avons un gros projet : "Shune's Butress" sur la belle paroi de Red Arch Mountain, une voie magnifique mais pas facile ! 7 longueurs dans le 5.11, des fissures de toutes tailles... On le sait, ça va être dur mais, aujourd'hui, on va tout donner !

La première longueur donne rapidement le ton, une fissure qui rétrécit à vue d’oeil et des tout petits friends qui deviennent de plus en plus précaires! Au bout de quelques mètres, Flo est catégorique : "Ah non ! Moi je refuse de me pendre sur le micro friend 000, hors de question !" ... Mince alors ! A mon tour, je tente ma chance et tant bien que mal (ou plutôt mal que bien) je parviens au relais après un véritable feu d'artifice ! Dans la lancée, je repars dans la seconde longueur, plus courte et plus facile... Ça déroule un peu ! C'est maintenant Marine qui part devant et parvient à négocier le "offwidth" qui suit. Merci le numéro 5 et merci la sangle qui pendouille!

On n'est probablement pas prêtes d'oublier la longueur suivante : une espèce de cheminée ouverte, pas facile à protéger... Marine se met un énorme combat, ne parvient pas à protéger correctement et se fait quelques frayeurs avec des zipettes à répétition, tout en réclamant désespérément le friend n°6 et pourquoi pas le n°7 s'il existe !

Crack climbing
 

 


Quelques dizaines de mètres plus bas, au relais, nous sommes mortes de trouille. Nous avons nos quatre mains sur la corde sans vraiment savoir comment gérer une chute éventuelle. On opte pour une drôle de méthode : tenter d'avaler la corde en même temps qu'a lieu la chute pour limiter la longueur du vol. Tension maximale ! A notre plus grand soulagement, nous ne sommes pas contraintes de tester notre nouvelle "technique" d'assurage car la situation se débloque enfin (et de manière inattendue !), grâce à... un coincement de casque ! Eh oui ! Marine est une magicienne ! Elle a coincé son casque dans la fissure, se tracte sur les sangles de celui ci et hop ! Le tour est joué ! La pression redescend en même temps que nous l'entendons hurler "relaaaaaiiiiiissss !" et que nous lui envoyons des tonnes de "bravooooooooo !"

Une petite longueur en traversée nous conduit sur le fil du pilier puis à un relais sur cinq points dont deux spits branlants, une tige sans plaquette et un friend moyen : la fête ! L'après midi est déjà pas mal avancée et il nous reste encore deux longueurs à grimper (dont une plutôt dure !) avant de gagner le sommet de la voie. Il aurait peut être été plus raisonnable de redescendre tant qu'il était encore possible de tirer des rappels dans l'axe de la voie et tant qu'il faisait encore jour. Pourtant notre envie de monter aura été plus forte que celle de descendre ! "On n'a jamais été aussi près !! Et en plus la longueur suivante est mythique !" : Vendu, on continue ! C'est à mon tour de repasser devant.

Après une traversée descendante un peu délicate, je parviens à basculer de l'autre côté du fil du pilier. Je découvre d'une part un vide vraiment impressionnant sous mes pieds et d'autre part le magnifique "splitter" au dessus de ma tête. 50m de pure fissure ! WahOu ! Je me sens désormais bien seule, pendue les fesses plein gaz sur des petits friends que je remonte sans les clipper pour éviter un bon gros tirage qui m'empêcherait rapidement d'avancer.

Cette fissure est vraiment belle: parfaite, régulière mais aussi interminable ! Je ne vois plus mes copines cachées derrière le pilier, mais de temps à autre j'entends des éclats de rire ce qui bizarrement me rassure ! J'apprendrai plus tard qu'au bout d'une heure passée au relais, elles ont fini par se pendre copieusement sur les spits pourris qui pourtant jusque là nous terrorisaient !

«La beauté est proportionnelle à la difficulté de l'escalade.»
Red rocks escalade
 

 

 

Musique, vidéos, ça danse, ça chante et ça rigole ! La suite ressemble à une course contre la montre pour essayer de monter le plus haut possible avant la nuit ! J'essaie de mettre le turbo pour la dernière longueur et je sors à la tombée de la nuit au sommet ! Il fait nuit noire quand les filles me rejoignent, nous n'avons que deux frontales pour trois, 6 rappels nous séparent du sol et en bas le dernier bus est passé depuis longtemps mais peu importe... On est en haut sous un ciel rempli d'étoiles, fatiguées mais super heureuses d'avoir réussi à grimper jusqu'ici ! On nous avait promis une belle voie mais "cependant pas facile". Nous ne sommes pas déçues : La beauté est proportionnelle à la difficulté de l'escalade. C'était génial !
Quelques rappels nous ramènent au pied de la voie où... Surprise ! Nos copains de l'ENAM (Equipe Nationale d'Alpinisme Masculine), qui viennent tout juste d'arriver à Zion, nous attendent et nous dispensent ainsi d'une dizaine de bornes à pieds sur la route ! Merci les gars !!!

De retour au campement, il est 2h du matin quand nous nous glissons dans nos duvets. Nous ne tardons pas à nous endormir après avoir passé en revue tous les moments tantôt drôles tantôt critiques de la journée : à l'unanimité le coincement de casque est LA plus grosse croix de la journée ! Le jour suivant est consacré à se reposer (il y en a besoin !!), à trier le matos et à déjà envisager la suite du voyage...

Bientôt la fin de l'aventure à trois et le début de celle à quatre pour deux semaines supplémentaires. Il est l'heure de troquer notre jolie Marine pour deux poilus, Joseph et Emile. (Vous croyez qu'on s'est fait avoir !?!) C'est avec un énorme pincement au coeur que nous la confions aux copains de l'ENAM qui, comme elle, ont leur avion dans quelques jours à Denver, en leur répétant cinquante fois d'être bien gentils avec elle! On est bien triste mais on se donne rendez-vous dès notre retour en France ! Marine ! Tu vas nous manquer ! ... Avec qui est-ce que je vais manger des muffins dans les rayons des supermarchés moi?!? ...

Maintenant direction le Yosémite, mais ça... C'est une autre histoire !! (et pas des moindres !) A bientôt !