Françoise Aubert

Françoise AUBERT 1960 Valence (F)

“ Quand j’ai eu la médaille de guide, je me suis sentie libérée. ”

Une réalisation

1987, première ascension solitaire de la voie Jackson en face nord des Droites (4001 m, Mont-Blanc).

un livre

Grandes Jorasses, face nord. Julien Désécures, JMEditions, 2013.

Un film

Guide au féminin. Jean Afanassieff et Roland Théron. MC4/Antenne 2, 1990.

Lorsque qu’elle devient guide de haute montagne en 1989, Françoise Aubert ancre définitivement les femmes dans un milieu professionnel encore fortement genré. Ni fille de, ni compagne de, elle devient la troisième femme en France à intégrer la mythique profession. En toute discrétion. Elle raconte simplement être venue à la montagne « toute seule ».

Françoise Aubert quitte le calcaire ensoleillé de sa Drôme natale pour les austères faces nord et les cascades gelées. Elle ne revendique pas, elle grimpe. Préférant faire au quotidien l’exemple par l’action. Parfois en solo, l’un des codes alpins de la performance. Mais avant tout en tête de cordée parce que c’est la montagne en partage qui lui importe. Avec ses clients ou quelques grands noms de l’alpinisme, amis de vie et de passion. La complicité et l’efficience de la cordée balayant toute question de hiérarchie.

Elle pousse des portes encore bien fermées. Si l’escalade au féminin s’est imposée au tournant des années 90, rares sont les figures emblématiques en alpinisme. Dans son sillage et celui de ses consœurs (Martine Rolland et Sylviane Tavernier), Françoise Aubert a l’espoir que davantage de filles oseront le métier guide.
Les décennies 80-90 sont un âge d’or pour l’escalade en cascade de glace. Françoise Aubert est de cette histoire et écume les sites phares de l’Oisans et du Mont-Blanc. Enseignement, encadrement, explorations : elle est la première guide à investir ses hivers dans cette pratique hivernale si exigeante. Parmi les meilleurs grimpeurs de la discipline, elle imprime son caractère par des ouvertures sur des cascades aux architectures spectaculaires (Les liaisons dangereuses au Mont Arnoua – IT; Les tubes de Folly au cirque du Fer à Cheval – F).
Sur les grandes faces nord du massif du Mont-Blanc, Françoise Aubert signe des ascensions solitaires saisissantes dont la première solo féminine de la Ginat aux Droites. En complicité avec Jean-Christophe Lafaille, elle trace sa voie dans la face nord des Grandes Jorasses, devenant la première femme (et la seule jusqu’à ce jour) à ouvrir un nouvel itinéraire (et en hiver) dans une des faces les plus mythiques des Alpes. Succession de lignes de glace éphémère, Michto est inaugurée en une seule longue journée le 2 mars 1997. Sans tambour ni trompette. Itinéraire d’ampleur qui attendra 10 ans avant de voir sa première répétition.

Fortement investie auprès de fabricants de matériel de montagne comme Millet, elle est de celle qui participe à la féminisation des produits autant que de leur image. Inaugurant des collections « femmes », adaptant des coupes de vêtements ou des gabarits de sac à dos.

Retour
Texte : François Damilano
Images ©Millet