Reinhold Messner

Reinhold Messner 1944 Tyrol (IT)

“ La montagne n’est ni juste ni injuste, elle est dangereuse. ”

Dès les années 1960, Reinhold Messner est considéré comme l’un des meilleurs grimpeurs du monde et représente le nouvel alpinisme. Revendiquant dépouillement et rapidité, il ne cessera d’exploser les standards : solo dans les parois acrobatiques des Dolomites, solos express dans les faces nord des Alpes (Davaille aux Droites en 8 heures en 1969, muni seulement d’un piolet traditionnel et d’un poignard à glace). Messner théorise sa pratique dans Le 7ème degré, livre culte et avant-gardiste insistant sur l'importance d'une préparation stricte avant d'aller affronter l’altitude.

Le 29 juin 1970, Reinhold et son frère Günther sont au sommet du redoutable Nanga Parbat (8 125 m). Épuisement. Incapables de redescendre par leur voie de montée, ils décident de fuir par le versant opposé qui leur est inconnu. Expérience fondatrice de la haute altitude (nouvelle voie et traversée d’un sommet de plus de 8 000 m), du drame (son frère Günther disparait dans une chute de séracs), du martyr (il est amputé de six orteils après une errance de plusieurs jours). Construction du Mythe.

Reinhold Messner Reinhold Messner Reinhold Messner
Une réalisation

Été 1980, Everest en solitaire, sans oxygène et par un nouvel itinéraire en face nord.

un livre

Le 7ème degré. Reinhold Messner. 1975.

Un film

Gasherbrum, la montagne lumineuse.
Werner Herzog, 1985.

Ardent défenseur du style alpin en Himalaya – expéditions légères, refus d’utiliser des cordes fixes, pas d’aide de porteurs – Messner brise toutes les limites : première ascension d’un 8000 en style alpin (Gasherbrum I avec Peter Habeler en 1975), première ascension de l’Everest sans oxygène (avec Peter Habeler en 1978), première ascension de l’Everest en solitaire (par une voie nouvelle, hors saison usuelle et sans oxygène en 1980), premier enchainement de deux sommets de 8 000 m sans repasser par le camp de base (Gasherbrum I et Gasherbrum II avec Hans Kammerlander en 1984).

Plume prolifique, Reinhold Messner ne cessera d’écrire et de décrire ses ascensions, tissant subtilement sa propre légende.

Ultime couronnement en 1986 en devenant le premier homme à gravir les quatorze sommets de plus de 8 000 m de la Terre et sans utilisation d’oxygène artificiel.

Sa plus grande performance ? Le vieux loup répond malignement : « Avoir survécu. »

Retour
Texte : François Damilano
Images ©Millet