Ski freeride
Evenements
20.01.2016

Eva Walkner se confie à quelques jours des FWT

Le Freeride World Tour débute ce 23 janvier en Andorre. Eva Walkner a pris le temps de nous répondre, à quelques jours de cette incroyable compétition.

Le freeride world tour, c’est une compétition de ski et snowboard freeride, comme son nom l’indique, qui se déroule dans 4 lieux différents à travers le monde. En Andorre, en France, en Alaska et en Autriche. La compétition est rude entre les meilleurs skieurs et snowboardeurs du monde, dans ces spots uniques en leur genre.

Eva Walkner s’est placée en haut du podium l’année dernière, et est bien décidée de rejouer son trophée cette année !

 
+ Quel est ton objectif pour cette saison?
Je voudrais bien évidemment finir une fois de plus le Freeride World Tour sur le podium. Un autre objectif majeur est de finaliser mon projet de Film sur l’Alaska. Nous avons dû reporter ce projet pendant deux ans à cause de la blessure d’un collègue. L’idée est de faire une descente d’un des sommets du Denali. Enfin, mon plus gros objectif est de rester en bonne santé et sans aucune blessure !
+ Comment t’entraines-tu? Combien de temps, quel type d’entrainement...?
En été, je m’entraine 5 à 6 fois par semaine entre 4 et 6 heures par jour au Centre Olympique de Salzburg. Entrainements au poids du corps, entrainements sur l’équilibre, du trampoline, de la randonnée en montagne, de l’escalade, et j’essaie de nombreux sports, comme le kayak, ou piloter des motos enduro. Un skieur façonne ses jambes en été, et avoir de bonnes jambes c’est très important pour moi. Je peux skier autant que je le souhaite, à l’unique condition d’avoir un corps solide. Le succès hivernal se construit grâce à l’entrainement estival. En hiver, j’essaie de skier autant que possible. J’adore aussi le fait de skier dans de rudes et mauvaises conditions car elles permettent de s’améliorer, de devenir un meilleur skieur. Beaucoup de gens peuvent skier dans de la poudreuse, mais le vrai challenge c’est quand les conditions sont rudes. Alors chaque jour est un bon jour, peu importe qu’il y ai de la poudreuse ou de la mauvaise neige.
+ A quelques jours du Freeride World Tour, quel est ton ressenti?
Je suis vraiment nerveuse… J’ai toujours le sentiment de ne pas être prête, que j’aurais pu m’entrainer davantage. Mais je suis prête, c’est juste que je suis une perfectionniste. Cet hiver a été particulièrement rude pour nous européens, particulièrement dans les Alpes du nord. Cela ne fait que quelques semaines seulement que la neige est arrivée, avant, il n’y avait rien à faire. Mon entrainement de ski a démarré plus tard que les années passées. Mais j’ai pu profiter de plusieurs très bonnes journées ces deux dernières semaines. Je suis donc prête.
Eva Walkner