Expedition
03.06.2014

Frédéric et Sandro sont de retour du Groenland

Après deux années de préparation, les deux compères, Frédéric Blond et Sandro D’Aloia, peuvent savourer leur succès. 600 kilomètres en ski, plus de trente-cinq jours en bivouac et 90 kilos chacun sur le dos, la traversée d'Ouest en Est ne s'annonçait pas facile. De retour de leur expédition au Groenland, Frédéric et Sandro raconte leur expérience. Interview.


  • Comment s'est passé l'expédition ?

Sandro: Positivement, l'envie est restée présente jusqu'au bout malgré la météo de fin
de parcours.

Fred: une expérience inoubliable où l'engagement a été totale et ce jusqu'au bout de notre parcours. Les conditions ont été très changeantes malgré tout nous avons réussi à rester sur les minimas que nous avions envisagés pour effectuer cette traversée et ce malgré l'équivalent de 4 jours bloqués sous tente en raison de vents importants. 

  • Comment ça s'est passé physiquement ?

Sandro: La préparation intense a porté ses fruits, aucun pépin physique, aucune
douleur, seule la fatigue de fin de journée est intervenue. En revanche une fois
arrivée, une grosse décompression.

Fred: Nous nous étions bien préparés physiquement et du coup nous avons réussi à tenir un très bon rythme sur l'ensemble du parcours.

Nous avons bien géré nos phases de repos, de récupération sans négliger l'alimentation. Ces points sont également les clés de cette traversée.

Les dépenses énergétiques entre l'effort fourni et les calories brulés par le corps pour maintenir sa température sont énormes. Nous avons perdu entre 8 et 10 kg sur l'ensemble de notre traversée.

  • Quelles ont été les difficultés ?

Sandro: les difficultés ont été psychologiques, la neige et le brouillard dans les derniers jours ont ralenti notre progression, et donc décalé la date d'arrivée.
Avec la fatigue (morale et physique) cela nous a coûté moralement, nous n’arrivions pas à atteindre l’objectif.

Fred: Le parcours est exigeant dans l'ensemble. Et nous  avons eu plusieurs "jours blancs" avec une absence totale de visibilité rendant l'orientation plus que délicate. Sur la fin du parcours il a fallu composer pendant 3 jours avec neige fraiche (60 cm), absence de visibilité et vent, un bouquet final, avant de découvrir la côte est, tant attendu.

Ce que nous avons vécu reste conforme à ce que nous avions envisagé. La préparation, l'anticipation et un duo soudé et complémentaire ont porté leurs fruits. Malgré tout nous avons conscience qu'il faut rester humble face à tout ça et aux conditions sur la calotte. La moindre erreur peut vite faire tourner la situation en sa défaveur.

  • Une petite anecdote rigolote ?

Sandro: A DYE2, il y a un grand bute de glace, ou nous avons pu sortir notre luge-pelle.
Et donc battre le record de vitesse, avec une bonne partie de rigolade.

Fred: un pari lancé pour une baignade sur la côte est entre les icebergs et les morceaux de banquise. Ca pique!

  • Un autre futur projet ?

Sandro: Il y en a plein dans la tête il faudra faire le tri tranquillement.

Fred: Oui, forcément il y a toujours un nouveau projet qui se dessine. Pour le moment je le garde au chaud. Mais aujourd'hui mon projet de cœur est de poursuivre le montage de la traversée des hauts plateaux du Vercors en conditions hivernales avec des jeunes de l'œuvre des pupilles des sapeurs-pompiers de France, en février 2015.

Pour tout savoir sur l'expédition c'est par ICI