Ski freeride
25.04.2014

J.Janody en pente raide dans l'est Etale

Aspirant guide de Haute-Montagne, Jérémy Janody est un skieur extrême. Amateur de couloirs et de pentes raides, il nous raconte sa sortie freeride dans le massif des Aravis.


« Suite du stage ski de pente raide, après un passage remarqué dans les Varos, nous voici de retour a 5h00 du matin au parking du col des Aravis, départ pour 3h00 d’ascension dans la rampe Chauchefoin, un itinéraire de 550m très exposé, avec une traversée aérienne et une fin de couloir bien étroite.

Malgré son inclinaison modérée la rampe Chauchefoin reste un itinéraire qui peut vite se transformer en galère, surtout dans les goulets du bas orientés plein Est canalisant les chutes de pierre, dés les premiers rayons du soleil.

André, Mickael, Maxime et moi-même faisons le choix de remonter l’itinéraire, ce qui est a mon goût une bonne solution pour déjouer les dangers et apprécier la qualité de la neige, cela permet aussi d’équiper d’une corde fixe les passages jugés trop scabreux…. C’était d’ailleurs le bon choix puisque nous avons dû franchir une rimaye avant la traversée expo, formation naturelle assez rare dans le massif des Aravis puisqu’il n’y a pas de glacier, ceci étant que le manteau neigeux étrange de cet hiver a  favoriser la formation de ce genre de reptation sur les dalles calcaires.

8h40 , nous sommes au sommet de notre objectif,  le temps de faire une petite pause thé et nous engageons la descente, au mois de mars les versants Est chauffe vite, nous attaquons les pentes du  haut dans une poudreuse très agréable , puis les difficultés arrivent avec le passage de la traversée, que nous franchissons en toute sécurité grâce à notre main courante que nous avons pu installer à la montée…la suite devient plus délicate, le couloir final est ravagé par les coulées du printemps, heureusement le soleil a bien transformé la neige gollotée, c’est très skiable malgré un relief peu engageant… l’occasion de voir passé quelques obus de calcaire provenant de la face Est de l’étale.

Finalement nous arrivons  en bas de la face sans membres arrachés, ce qui est un bon point pour l’avenir, je crois que la saison dans les Aravis n’a pas été très bonne pour les pentes, il ne restes plus qu’à  attendre les moussons printanières pour filer dans le massif du Mt Blanc chercher les grandes pentes glaciaires.. La suite au prochain épisode. »