Ski freeride
23.04.2014

J.Janody: freeride dans le Massif des Bornes.

A 32 ans, Jeremy Janody est un skieur de freeride accompli. Constamment à la recherche de pente toujours plus raide, ce skieur extrême nous raconte sa sortie dans le massif des Bornes, en Haute-Savoie

 

« Toujours aussi engagée, toujours aussi sauvage, la face nord de la Tournette reste une référence en matière de ski de couloir dans le massif des Bornes,  cet imposant fauteuil qui domine le bassin annécien est le théâtre surprenant de performance et d’aventure alpine en tout genre : de la course de ski alpinisme en passant par l’escalade dalleuse et aléatoire dans la dalle du Casset, ou encore les cascades de glaces de son célèbre cirque des Varos, ce sommet est un peu le parc d’attraction des  Préalpes du Nord.

En ce mois de mars printanier, la face nord est en condition parfaite, l’occasion pour moi de faire partager à mes clients et amis l’itinéraire le plus abordable : «  La diagonale », il s’agit d’un toboggan raide et exposé, porte d’entrée dans le ski de pente raide ambiance gazeux…. Souvent décrite comme sur-côté dans les récits de quelques skieurs peu humbles, il n’en reste pas moins que la chute y est interdite par endroit et qu’on y trouve une neige souvent froide et profonde, ce qui peu pardonner de nombreuses erreurs.

Pour moi, c’est la septième fois que je retournes dans cet itinéraire de la diagonale et cette fois-ci en compagnie de André, Mickael ,Philippe et Vincent, tous très bons skieurs motivés par l’envie de skier ce versant ou l’ambiance hors du commun n’est plus à promouvoir.

Après une ascension  estivale de la voie dite « normale », le ton est donnée par la descente plongeant sur le lac d’Annecy, la neige changeante et le versant exposé au dessus des barres nous incites à la plus grande prudence, la vigilance est de rigueur sur une neige pas vraiment engageante.
Arrivé au col des Varos, on se sent mieux ! La neige plus compacte est froide de la face nord, permet un ski qui « déroule » davantage, l’occasion de se lâcher un peu plus, même si la tension est bien présente dans les jambes, je penses que ce couloir est le juste compromis entre skiabilitè et ambiance, de plus il présente l’intérêt de ne pas comporter de passage en rappel, ou en dry skiing…ce qui n’est pas toujours le cas dans les autres couloirs de la face que nous regardons avec interrogation, peut-être pour une prochaine fois ?...

Nous finissons cette descente par le couloir terminal, raide et peu exposé, l’occasion de se tester dans des contres pentes, sans se mettre au –dessus du vide. Nous trouvons finalement un raccourci sur une croupe qui nous ramènes à la rivière issue du cirque… il ne reste plus qu’a tourner le dos à cette face avant d’y retourner l’an prochain. »