Expedition
18.04.2014

L’expédition élue par le public

Durant trois semaines l’opération « Expé du Public » a été lancée. Le but ? Voter pour votre expédition préférée, celle que vous verriez bien partir… Parmi les quatorze présélectionnés, vous avez été nombreux à voter pour l’expédition « première ascension du Nanga Parbat en hiver ». Avec plus de 600 votes, Mahmoud, Iraj et Reza ont de forte chance de partir pour le Pakistan, affronter vent et froid pour parvenir au sommet Nanga Parbat.

Un sommet meurtrier

Grimper le sommet Nanga Parbat n’est pas une mince affaire… Loin de là. Le Nanga Parbat est connu pour être l’un des 8000 mètres les plus difficiles. Et les chiffres parlent : seulement 186 ascensions ont été réussies tandis que 61 personnes y ont perdu la vie. Culminant à 8126 mètres d’altitude, le Nanga Parbat est le neuvième sommet le plus haut du monde et la plus haute montagne située entièrement au Pakistan. Avant la première ascension réussie en 1953 par une équipe allemande, 31 personnes ont perdu la vie sur ce sommet que les allemands appelaient « montagne tueuse ». Mahmoud, Iraj et Reza, tous les trois membres de la Fédération d’Iran, sont des professionnels ayant chacun d’ores et déjà un beau palmarès.

Une équipe expérimentée et préparée

Mahmoud Hashemi est un précoce.  A 21 ans, il réussi l’ascension d’un 6800 mètres et il ne cessera depuis, d’arpenter les pentes les plus hautes. « Vous êtes fou ! » voilà ce que le fédération Iranienne lui a répondu lorsqu’il leur a dit qu’il voulait tenter l’ascension du Nanga Parbat en hiver. On ne vous parle même pas d’Iraj et Reza, qui eux aussi, n’en sont pas à leur premier coup d’essai.

Après avoir été élu « Expé du Public », nous avons posés quelques questions à ces trois « fous », qui en janvier 2015, tenteront l’ascension hivernale du Nanga Parbat. Interview - 

Mahmoud Hashemi

Pourquoi avez-vous choisi de tenter l’ascension de ce sommet ?

Nanga Parbat est l’un des derniers 8000 mètres qui a été grimpé par les Iraniens, et malgré cela, c’est la montagne la plus connue par les Iraniens; de plus le Nangaparbat a échappé aux yeux des alpinistes iraniens pendant une longue période et après un certain temps, lorsque nous l’avons remarqué, nous nous sommes laissé dire qu’il fallait que l’on y aille. Et puis c’est une nouvelle forme de course qui rassemble des connaissances techniques pour arriver en haut.

Pourquoi ce sommet est-il si spécial ?

Nanga Parbat est le seul sommet non gravi pendant l’hiver et nous sommes sûr de pouvoir le faire et réaliser un record.

Comment vous préparez-vous ?

Notre équipe a beaucoup d’expérience dans l’Himalaya. L’Iran est un plateau et compte comme un pays montagneux. Nous avons gravi les plus haut mur d’Iran et fait les traversées les plus difficiles en hiver. Nous souhaitons aussi, si nous trouvons un sponsor, faire l’ascension du K2 cet été. Puis le dernier 8000 mètres au Pakistan sera le Nanga Parbat. Nous avons gravi plusieurs sommets dont : Broad Peak, Gasherbrum II, Gasherbrum I, Dhaulagiri, Manaslu, Makalu, Spantik, Noshaq, Tilicho Peak, Lenin, etc...

Comment vous sentez vous ?

Nous sommes optimistes, on a appris ça de la montagne et notre expérience nous appris que c’est cela qui fait la différence. Donc nous sommes confiant.

Iraj Maani

Reza Bahadorani

Qu’est ce qui sera difficile ?

L'un des premiers points cruciaux pour faire une expédition est le problème financier; il s'agit de trouver un sponsor qui a une bonne motivation et orientation, et qui en même temps, est en mesure d'obtenir de bons avantages commerciaux. Une autre grande difficulté est la froideur extrême de cette montagne en hiver, mais avec l'équipement incroyable que nous avons vu dans la collection Millet nous allons pouvoir surpasser ça.

C’est un sommet très difficile, pourquoi le faire en hiver ?

Pour la nouveauté et parce que nous en avons la volonté et la capacité.

Quelle est votre devise ?

« One step more, even by ten more breath. Sound mind and Safe climb. »