Expedition
27.03.2014

M. Camandona: l’ascension du Mt Kangchenjunga.

Guide en montagne, moniteur de ski, directeur technique de la compétition internationale de ski-alpinisme Millet Tour du Rutor et conseiller technique Millet, Marco est un alpiniste unique en son genre.

Cet italien de 43 ans est un énergumène,  il a déjà réussi l’ascension sans oxygène de cinq sommets à plus de 8 000 mètres d’altitude dont l’Annapurna et le K2, deux des plus difficiles et dangereuses montagnes du monde.  Et cette année, il compte bien inscrire le Mont Kangchenjunga à son joli palmarès des plus de 8 000 mètres.

Le départ est prévu le 1er avril et ce n’est pas une blague… La destination de l’expédition ? Le Mont Kangchenjunga, certes moins connu que le mythique Everest et pourtant, perché à plus de 8586 mètres, il forme le troisième plus haut sommet de la planète. « Le Kangchenjunga représente beaucoup pour moi. C’est le troisième sommet du monde et si j’arrive en haut, j’aurais réalisé un grand rêve » raconte Marco. Situé sur la frontière Indo-Népalaise, il fût considéré jusqu’en 1852 comme le plus haut sommet du monde. Kangchenjunga signifie « les cinq trésors des neiges » puisqu’il forme une chaine de cinq sommets dont quatre à plus de 8 000 mètres.  Les sommets sont reliés entre eux par des arêtes enneigés ou glacées qui se déploient vers le sud.

Très peu gravit, le Kangchenjunga est un sommet peu fréquenté, seul l’Annapurna a vu moins d'alpinistes fouler son sommet. Si bien qu’aujourd’hui, seuls 243 alpinistes ont atteint le sommet depuis la première ascension en 1955.

Marco Camandona, François Cazzanelli, Emrik Favre et Abele Blanc feront donc parti des privilégiés ayant foulé le Kangchenjunga. « L’équipe est composée de personne très qualifiées. » explique Marco. Retour de l’expédition prévu le 26 mai.