Ski freeride
28.01.2014

Troisième place au FWT pour Mickael Bimboes

À bientôt 28 ans, Mickael Bimboes signe et arrache une troisième place à Chamonix, lors de la deuxième étape du Freeride World Tour. Après une 22ème place à Courmayeur, première étape du World Tour, on retrouve un Mickael Bimboes au style plus propre et heureux de participer à une telle compétition.

Lors de notre interview, Mickael revient sur sa course et s’explique sur ces revendications affichées qui ont fait parler de lui.  Talentueux et impétueux, Mickael Bimboes a encore de beaux jours de glisse devant lui.

Raconte-nous un peu ta course ?

J'ai fait un run qui me donnait vraiment envie, de par son originalité. Un beau rocher à sauter au milieu, et une partie technique dans le raide en bas avec une barre imposante. J’étais déçu d'avoir fait une grosse faute sur le rocher du haut, et de ne pas avoir été plus propre. Le résultat m'a donné tort puisque j'obtiens un bon score, et j'en suis le premier ravis.

 Des commentaires sur ton podium ?

Je suis super heureux, bien sûr, ce podium m'assure quasiment le maintien sur le tour, et le partager avec Loic Collomb Patton est encore plus fort, il fait vraiment un super début de saison.

Comment te sens-tu après cette bonne performance ?

Je me sens un peu plus rassuré qu’après ma 22ème place de Courmayeur c'est sûr, mais ça ne change ma façon d'aborder les choses, j'ai beaucoup de travail aussi avec le Film "Antagonist" que nous sommes en train de tourner donc ça ne me laisse pas beaucoup de temps pour profiter.

Comment s’est passée ta préparation ?

Comme d'habitude du VTT pendant l'été, pas vraiment de préparation spécifique, sur les skis je saute beaucoup à l'entrainement pour me sentir à l'aise en l'air et équilibré sur les réceptions.

Prêts pour l’Autriche ?

A fond!

Pourquoi avoir brandis plusieurs pancarte aux écrits revendicateurs ?

J'aimerais faire passer un message pacifique de liberté d’égalité, pour que l'on avance tous ensemble vers un monde plus juste et plus durable. Le but est simplement d'ouvrir le débat et d'en parler, cela à l'air de fonctionner, mais qui sait pour combien de temps.

Que réponds-tu à celles et ceux qui trouve que ceci n’a pas sa place dans une compétition ?

J'aimerais déjà m'excuser si j'ai pu choquer quiconque, malgré toutes les précautions prises pour être le moins polémique possible. Ensuite je ne pense pas avoir été vulgaire ou impoli envers les personnes qui ont vu ces messages. Mais si ces messages, qui décrivent une réalité en France et dans le monde, sont plus indécents que la réalité elle-même c'est que ce monde est trop beau pour être vrai. 

Je reçois beaucoup de messages, positifs ou négatifs sur ces messages, mais le but est atteint puisque les gens en parlent, ça ne laisse pas indifférents et le débat, dans le ski du moins, s'ouvre.

Beaucoup de gens sont tout aussi indignés que moi par rapport à ce qu'il se passe dans ce monde, les changements viennent rarement du haut donc j'essaie de faire ce que je peux à mon échelle.

Rendez-vous à Wildseeloder - Fieberbrunn Kitzbüheler Alpen, AUTRICHE