Millet Expedition Project
31.08.2015

MXP: La traversée des Alpes de Lyngen.

Olivier Fichou et Manon Wolanski, faisant partie des lauréats de la Millet Expedition Project avaient pour projet d'effectuer la traversée des Alpes de Lyngen. Le but étant de gravir un sommet glaciaire par jour et d'envisager l'ouverture de plusieurs voies sur quelques sommets Norvégiens encore méconnus.

Après une préparation de 6 jours en autonomie en Suisse leur ayant permis de tester leur matériel, les conditions, et la logistique, Olivier Fichou et Manon Wolanski ont réalisé leur expédition en Norvège dans les Alpes de Lyngen.

fichou, wolanski, mxp

Lors de l'entrainement, en Suisse.

L'EXPEDITION:

Le 3 JUILLET, c'est le départ de Nice, jusqu'à Tromso, au dessus du cercle arctique.

4 JUILLET : "vélo, stop, et ferry jusqu'à Lyngseidet. C'est la seule "ville" que nous traverserons durant l'expédition en elle-même. Elle délimite la jonction entre la partie NORD des Alpes de Lyngen, dans laquelle nous sommes censés passer 4 jours, et la partie SUD dans laquelle nous devons passer 6 jours. On dépose donc à Lyngseidet : du gaz, des lyophilisés pour 6 jours, des piles et la cartographie de la partie SUD. Cela nous permet de nous alléger pour la partie NORD"

DU 5 AU 8 JUILLET: En ce qui concerne la partie Nord, la météo a tout compliqué, ne facilitant jamais la tâche aux deux amoureux, qui se dirigeaient principalement avec leur GPS à défaut d’une bonne visibilité. Ils ont quand même réussit à gravir deux des trois sommets prévus, dont un de 1172 mètres et la face Nord du Stovelfjellet de 1464m. Devant malheureusement renoncer au dernier, ils en ont profité pour retourner à Lyngseidet et retravailler leur itinéraire du côté Sud, appréhendant différemment les conditions météorologiques.

fichou, wolanski, mxp

Vue du lac turquoise depuis le camps. 7 juillet, jour 3.

DU 9 AU 11 JUILLET

Bien chargés (plus de 20 kilos sur le dos !) mais cette fois ci avec le soleil, il est temps d'attaquer la partie Sud du projet et de s’approcher de l’objectif : le Rundfjellet. Mais voilà, la face Nord est impraticable due à plusieurs avalanches qui rendraient l’expédition trop dangereuse. C’est donc sur la face Est qu’Olivier et Manon jettent leur dévolu.

fichou, wolanski, mxp

Vue depuis le plateau, 9 juillet, jour 5.

fichou, wolanski mxp

Durant le jour 6, 10 juillet

fichou, wolanski

"10 Juillet, minuit – 11 Juillet : Réveil. Il fait beau, le soleil est plein Nord. Nous quittons le camp à 1h, en laissant la tente, matelas, duvets, nourriture et gaz sur place."

"A 1h30, nous arrivons au pied de la face EST du Rundfjellet. La lumière est exceptionnelle, nous nous équipons et entamons la voie à 2h. La première partie se fait rapidement, mais la neige est profonde et sans consistance.(...) Puis, le couloir est raide, 60°, avec des rochers affleurant qui rendent la progression plus difficile. Nous arrivons à 10m du sommet, sous la barre de rocher redoutée."

fichou, wolanski, mxp

 Dans le couloir final

"Nous arrivons alors sous la corniche, elle doit faire 1m50 de haut, légèrement déversante. Avec un bon relais sur coinceurs, quelques pas très peu esthétiques (genoux, coudes) nous permettent finalement de libérer les 500m de cette face EST du Rundfjellet. Heureux, nous rejoignons le sommet en 10 minutes d’une belle crête cornichée. Il est 5h30.

Le point de vue est fantastique : Les fjords bordant la péninsule de Lyngen, le gros massif glaciaire de la partie NORD dans lequel nous avions tant souffert, le reste de la partie SUD et ses grandes étendus glaciaires qu’il nous reste encore à parcourir."

fichou, wolanski, mxp

Après 30 minutes au sommet, le temps s’est vite couvert et nous n’avons donc pas perdu de temps pour descendre. Les nuages qui nous enveloppent dans la lumière de 6h du matin offrent un spectacle rare.

fichou, wolanski, mxp

"Nous traversons au-dessus de la face Nord : Que de réjouissance de voir que les corniches de sorties étaient en réalité infranchissables, de plus de 5m en neige molle et déversantes ! Aucun regret donc.

A 7h30, nous arrivons près de la tente, mais nous ne voyons plus rien. Malheureusement je n’ai pas eu la présence d’esprit de marquer son emplacement au GPS, pensant naïvement qu’il ferait beau ! Heureusement, après 15 minutes de recherche, une éclaircie nous permet de voir la tente, qui était à moins de 30m de nous."

11 JUILLET, suite:Le temps n'étant décidément pas au rendez vous, il s'avère plus sage pour Olivier Fichou et Manon Wolanski de redescendre vers la côte, en restant sur cette journée fantastique.
" En début d’après-midi, un guide Norvégien nous prend en STOP direction Tromso. Et c’est avec un grand sourire qu’il nous confirme que nous sommes bien les premiers à avoir mis les pieds dans cette face ! "