Escalade
19.10.2015

VIDEO: Petits projets à Rockland

Mais pourquoi tant de grimpeurs quittent la douceur de l’été pour se replonger en plein hiver à 10000km de l’hexagone ? C’est ce que Thomas Caleyron et un groupe de grimpeurs ont voulu savoir en prenant le départ pour l’Afrique du Sud en Août dernier !

Après quelques heures de vol et de (trop) longues escales nous voici à Capetown au Sud du continent africain. Après un petit jeu de Tetris nous réussissons à encastrer 4 crashpads, 4 bloqueurs, 5 sacs et un oreiller (merci Bast) dans notre (trop) petite voiture de location.
3 heures de route plus tard, nous arrivons de nuit dans notre gîte et oublions vite la canicule qui sévit en France pour s’acclimater à une température à un chiffre.

 

 

La découverte

Topo en main, le top départ est lancé ! Et le ton est vite donné, du rocher partout dans le parc des montagnes du Cederberg !
Des blocs, des blocs et encore des blocs ! Des blocs d’un grès orangé aux sommets grisâtres aux formes délirantes !
Ce sera notre terrain de jeu pour les 15 jours à venir !
Difficile de citer des blocs en particulier tellement ces derniers sont tous remarquables !

Les jours s’enchainent, les croix tombent (parfois) et la peau et le physique s’étiolent.

 

Ce que l’on retient de Rocklands

C’est une ambiance : les barbecues le soir au coin du feu, ces couleurs chaudes et ce soleil rasant d’hiver, des rencontres avec des grimpeurs passionnés capables de traverser le globe pour profiter de ces lieux, le rooibos (sorte de « thé » local), les babouins en liberté, la recherche du léopard…
Et de quoi épancher votre soif de blocs pour longtemps avec ces dizaines de secteur encore en développement et ces milliers de passages.

 

En pratique

Si vous cherchez du dépaysement, un peu de fraîcheur en été, des blocs extraordinaires de tous les niveaux, prenez votre billet ! Ce dernier est certes pas donné (800 à 1000€ pour rejoindre le Cap) mais le coût de la vie sur place n’est pas très élevé.
Une fois au Cap, filez au nord pour rejoindre Clanwilliam et le parc du Cederberg. Une fois là-bas, il y a un large choix de « guest-house »/gîte et même un camping qui rassemble énormément de grimpeurs.
Le topo se trouve facilement dans certains magasins/gîte. Il est même possible de louer des pads sur place.

Attention à une chose ! Il est difficile de ne pas vouloir y rester/revenir…

 

Tito