GMHM
La marque / Notre communauté / Nos partenaires / Groupe Militaire de Haute Montagne

Groupe Militaire de Haute Montagne


Nombres de militaires
alpinistes : 11

Année de création de la compagnie : 1976

Gmhm Facebook Gmhm Instagram

Regroupant l'élite montagne et alpinisme de l'armée de terre, le Groupe Militaire de Haute Montagne (GMHM) enchaîne les missions et ascensions dans les zones les plus extrêmes de la planète. Une véritable « écurie de Formule 1 » pour les équipes Millet qui travaillent de près avec ses membres pour développer des produits toujours plus performants.

Onze militaires alpinistes au sommet

« Elite », le terme est tout juste assez fort pour désigner cette entité régit par la non moins prestigieuse Ecole militaire de haute montagne (EMHM) basée à Chamonix depuis 1932. Et pour cause, ils ne sont aujourd'hui que onze à former ce Groupe Militaire de Haute Montagne créà à la fin des années 70 pour promouvoir l'alpinisme de haut niveau au sein des armées

&nbsp
« Nos trois grandes missions : participer au rayonnement de la France et de l’Armée de Terre, constituer un vivier de spécialistes des conditions extrêmes pour des missions à caractère exceptionnel et enfin, transmettre et former. »
Caporal Léo Billon, alpiniste, responsable communication et adjoint nourriture du GMHM.
&nbsp
Un engagement de tous les instants pour le GMHM, un savoir-faire et savoir-être à transmettre en allant faire flotter le drapeau bleu-blanc-rouge dans des lieux ou sur les sommets les plus inaccessibles.

Parmi les plus emblématiques, se distingue d'ailleurs la fameuse et première traversée de la Cordillère Darwin au Chili en 2011, réussie après trente jours de lutte acharnée dans des conditions météorologiques dantesques. Dans un autre registre, le GMHM s'est également illustré du côté du Shishapangma (8 027 m, Tibet) ou sur les pentes de l’Eiger. Plus récemment encore, début 2019, une cordée composée de Léo Billon, Max Bonniot et Pierre Labbre, s'offrait l'ascension du Cerro Torre par son arête sud-est en Patagonie. Depuis les deux derniers sont tragiquement disparus dans un accident survenu dans le massif du mont Blanc, rappel cinglant que même les meilleurs restent vulnérables en montagne.

La dernière ascension marquante du GMHM est l’ouverture d’une nouvelle ligne en face ouest des mythiques Drus, début 2021.