Chevron noir Millet

Préparer le Tour
du Mont Blanc

Guides pratiques / Préparer le Tour du Mont Blanc
Le Tour du Mont-Blanc est l’un des plus beaux treks en itinérance d’Europe. Avec ses 170 km et 9000 m de dénivelé positif, c’est un tour qui peut s’effectuer sur une semaine, voire 10 jours, comme sur un seul jour pour les plus sportifs d’entre nous… Mais avant de se lancer sur la célèbre course d’ultra-trail UTMB, il est aussi possible d’effectuer le Tour du Mont-Blanc sous un format rapide mais plus accessible, en « Fast Hiking ».

On le sait, il n’est pas donné à tout le monde de compléter 170km d’une seule traite… Il y a cependant de plus en plus de personnes qui se lancent le défi de le faire de façon minimaliste, afin de privilégier la vitesse et faire de plus longues étapes.

C’est le défi que nous nous étions lancées avec Alessandra Schmid. Toutes deux traileuses et skieuses alpinistes dans les équipes nationales France et Suisse, notre objectif était d’effectuer une jolie aventure en express et de se faire visiter respectivement nos deux pays.

Récit : Emily Harrop
Photos : Emily Harrop et Alessandra Schmid

Alpinisme
Randonnée

Quelle est la meilleure période
pour faire le Tour du Mont-Blanc (TMB) ?

Le Tour du Mont-Blanc se fait en général sur les mois d’été : de mi-juin à mi-septembre. Cette période est propice car les journées sont longues, la neige a fondu sur les passages les plus hauts et les refuges sont ouverts.

Nous avons choisi de réaliser la boucle au mois d’août afin d’avoir le plus de chances possible avec les conditions météo. C’était aussi une période qui était plus pratique pour nous au niveau de nos calendriers. Notre seule crainte était le monde. Puisque nous nous étions décidées tardivement sur nos dates (1 mois en avance), nous avons dû jongler un peu avec les refuges. En effet, les premiers refuges que nous envisagions étaient pleins. C’est pourquoi nous avons dormi le premier soir en camping-car. Donc pensez bien à réserver vos places en refuge au moins 2 mois en amont pour ne pas avoir de mauvaises surprises, surtout si vous voulez partir en plein été. Beaucoup de refuges vous permettent d’annuler votre réservation jusqu’à 48h à l’avance, vous laissant ainsi de la flexibilité en cas de mauvaise météo. Si vous souhaitez être plus tranquille pour faire la boucle, je vous conseille d’y aller durant les mois les moins fréquentés en juin et septembre.

Pékin Express c’est possible,
même autour du Mont Blanc

Il était compliqué pour nous de trouver des créneaux de disponibilité dans nos plannings respectifs, mais avons finalement trouvé une fenêtre de 3 journées. Nous avions fait ce petit calcul : 170 kilomètres divisé par 3 jours, ça fait 57 kilomètres par jour… c’est quand-même une sacrée moyenne ! Nous sommes des sportives aguerries mais pas encore au niveau de nous voir enchaîner presque 60 kilomètres par jour… Heureusement avec un peu d’organisation et quelques petites astuces logistiques, nous avons réussi à faire descendre un peu le nombre de kilomètres.

Dans quel sens faire
le Tour du Mont-Blanc (TMB) ?

Nous avons choisi de faire le TMB dans le sens le plus classique, en partant des Houches et en finissant à Argentière. Ce choix fut assez naturel pour nous pour deux raisons :

  • 1. C’est le sens dans lequel la majorité des gens le font, et donc mieux pour ne pas croiser constamment des gens.
  • 2. C’est le sens dans lequel se court l’UTMB, et donc un bon moyen pour reconnaître le parcours si jamais l’envie nous prend un jour de s’inscrire ! (blague)

Où passe le Tour du Mont-Blanc ?

Etape 1 : Les Houches – Les Chapieux
(35 km – 3000 m D+)

Nous avons commencé par une étape plutôt « tranquille » pour démarrer le tour en douceur.

Notre itinéraire de base devait finir au refuge des Mottets et emprunter le chemin variant pour redescendre directement du col de Bonhomme au refuge des Mottets. Cependant, nous nous étions pris un peu en retard et n’avions donc plus de place disponible au refuge. Nous sommes alors redescendus au refuge de la Nova aux Chapieux… En réalité, nous avons laissé un camping-car aux Chapieux pour dormir la nuit, petit jonglage logistique facilité par le fait que j’habite à côté !

Etape 2 : La ville des Glaciers – La Fouly
(50 km – 3000m D+)

La deuxième journée fût la plus longue. Le plan était d’avaler 4 cols, 3 pays, plus de kilomètres en une sortie que nous avions fait de toute notre vie et une bonne dose de barres énergétiques !

En réalité, cette étape aurait dû être beaucoup plus longue avec 60 km et 3400 m D+. C’était clairement ambitieux pour nos petites jambes.

Nous avons donc décidé d’éviter quelques parties :

  • Les Chapieux – Ville des Glaciers : Navette (- de 5 km)
  • Courmayeur – Planpincieux : Navette (- de 5 km)

Des navettes nous ont permis de raccourcir un peu ces deux parties. Les horaires sont assez fréquents durant l’été, avec des départs presque toutes les 15 minutes, de quoi prendre le temps de manger un petit sandwich en attendant !

Etape 3 : La Fouly – Argentière (38 km – 2500 m D+)
(²La Fouly – Chamonix = 46km – 2600 m D+ et 3100 m D-)

Notre troisième journée ressemblait plus ou moins à la première en termes de longueur. Nous avons choisi de finir notre tour à Argentière. La raison était avant tout logistique, car nous n’avions pas prévu le temps qu’il fallait pour arriver jusqu’à Chamonix avant le départ du train d’Alessandra. En outre, la vallée de Chamonix n’était pas la partie qui nous intéressait le plus, car nous la connaissions déjà bien.

En partant de la Fouly, nous étions agréablement surprises par l’état de nos jambes qui n’étaient finalement pas aussi fatiguées que ce à quoi nous nous attendions. La longue vallée roulante de La Fouly à Issert nous a permis d’échauffer les jambes en trottinant, avant de commencer notre montée à Champex puis dans la fenêtre d’Arpette. Nous avons souhaité passer par cette variante pour les beaux paysages qu’elle offre et pour la technicité supplémentaire. La fin de la montée se fait dans les pierriers et le passage du haut offre une magnifique vue du Glacier du Trient. Le début de la descente de l’autre côté de la fenêtre est aussi technique et se court avec vigilance et concentration sur les appuis.

La remontée au col de la Balme est très belle mais assez longue. On vient effectuer une traversée sur plusieurs kilomètres, c’est la dernière bosse avant de redescendre dans la vallée de Chamonix. Un conseil, ne pas commencer à penser à la glace de fin de journée trop tôt dans cette montée !

La descente sur Argentière aura été un bon test musculaire pour les jambes et les genoux qui commençaient à ressentir les petites douleurs d’usure. Plus d’une fois nous nous sommes demandé dans quel état nous serions si nous avions enchaîné la totalité. Arrivées à Argentière, la glace était tout de même méritée. Nous vous conseillons le Fournil Chamoniard, ça mérite le détour !

Le matériel à prévoir
pour le Tour du Mont-Blanc

Voyager léger sans oublier les choses essentielles :

  • 1x bonne paire de baskets de trail – qui ont déjà été utilisées et testées à l’entraînement, pour éviter les mauvaises surprises telles que les ampoules
  • 1x short
  • 2 x t-shirt techniques qui évacuent bien la transpiration et sèchent rapidement
  • 3x paires de chaussettes et culottes (minimalisme absolu, mais un minimum d’hygiène est tout de même recommandé)
  • 1x veste coupe-vent légère
  • 1x polaire fine et légère
  • 1x collant
  • 1x paire de tongs, pour le refuge
  • 1x brosse à dents + dentifrice
  • 1x Crème solaire mini
  • 1x paire de lunettes de soleil
  • 1x casquette
  • 2x flasques de 500 ml. Il y a beaucoup de points d’eau pour recharger le long du parcours
  • 1x paire de sous-gants, pour le passage des cols froids
  • 1x sac à dos de plus de 15L
  • 1x paire de bâtons en 3 brins, pour gagner en compacité
  • De l’argent en liquide, pour prendre un café /dessert dans un refuge
  • 1x téléphone portable et chargeur
  • 1x lampe frontale compacte
  • 1x couverture de survie
  • 1x sifflet
  • 1x mini kit de secours
  • 1x masque sanitaire si nous vivons toujours avec le Covid-19
  • Des compeeds pour prévenir des ampoules

La nourriture à prévoir pour le Tour du Mont-Blanc

  • 1x pique-nique pour le premier jour
  • 9x barres de céréales et compotes, environ 2-3 par jour
  • Le pique-nique des autres journées peut se prendre dans les refuges ou vous logez ou alors sur la route (à Courmayeur pour le deuxième jour et à Champex pour le troisième)
  • Eventuellement des pastilles d’hydratation

Ma petite astuce : appliquer de la teinture de Benjoin sur les pieds une semaine avant le tour, afin de sécher et de renforcer la peau pour éviter les ampoules.

En lire plus