La ligne Trilogy fait écho à l’un des événements fondateurs de l’alpinisme moderne.

La trilogie des Alpes réalisée par Christophe Profit.Équipé à l’époque par Millet, il gravit en solo et consécutivement 3 des faces Nord les plus engagées des Alpes : les Grandes Jorasses, l’Eiger et le Cervin. L’ascension hivernale en solo des 3 faces Nord en moins de 42 heures est un exploit retentissant en 1987, qui marque l’avènement du « fast and light » en alpinisme. Les produits qui composent la ligne Trilogy sont à l’image de l’exploit sportif de l’alpiniste français : engagés et très techniques.

« Le commencement du style fast and light dans l’alpinisme. Le début de l’alpinisme moderne »

Lorenz Frutiger
Cie des Guides de Grindelwald

Trilogy

Grandes Jorasses

Massif du Mont Blanc - France

Cette gigantesque muraille est l'une des plus belles et des plus sévères des Alpes. Haute de 1200 mètres, elle débute au pied de l'éperon nord de la pointe Walker (3 010 m) et s’étend jusqu’au point culminant des Grandes Jorasses, à 4208 mètres. Profit en vient à bout par l’éperon Croz en à peine 5 heures durant sa trilogie.

Trilogy

Eiger

Oberland Bernois - Suisse

Face Nord la plus longue parmi les 3 plus réputées des Alpes, elle est aussi la dernière à être vaincue puisque ce n’est qu’en 1938 que des alpinistes viennent à bout des 1600 mètres de cette voie suisse, de la base de la paroi au sommet de l’Eiger, culminant à 3970 mètres.

Trilogy

Cervin

Alpes Valaisannes - Suisse

Le Matterhorn (ou Cervin) s’élève à la frontière italo-suisse avec sa forme pyramidale imposante. Sa face Nord, côté suisse, est longue de 1000 mètres et s’élève à 4478 mètres. Gravie pour la première fois en 1931, c’’est le dernier sommet de la trilogie de Profit, qui réalise son ascension en 5 heures.

Trilogy Trilogy

La course à l’enchainement des 3 faces Nord, magnifiée par le mano à mano Profit – Escoffier.

Longtemps désignées comme « les trois derniers problèmes des Alpes », les faces nord des Grandes Jorasses, du Cervin et de l’Eiger sont les plus prestigieuses aux yeux des alpinistes, toutes générations confondues. Déjà toutes gravies en solo, jamais personne n’est parvenu à les enchaîner en solo intégral hivernal, sans corde et sans aucun équipement de protection.

Cet objectif donnera lieu à une course effrénée entre deux jeunes alpinistes français au sommet de leur art, Eric Escoffier et Christophe Profit. En mars 1987, les deux hommes se lancent à l’assaut de ces faces mythiques, théâtre d’aventures légendaires – et dramatiques - dans le passé, réputées pour leur technicité et leur difficulté. Au prix d’un engagement extrême, Christophe Profit parviendra à bout de ces 3 montagnes en 42 heures, usant de transfert en parapente et hélicoptère pour rallier les pieds de chaque sommet, et passant une nuit entière sur l’Eiger, sur un mur calcaire immense continuellement verglacé et fréquemment balayée par des chutes de pierres.

Un exploit authentique pour l’époque qui marque l’avènement du « fast and light » en alpinisme.